Home > HowTo > Paddle size ?

Paddle size ?


En bref :

- Pour surfer : la pagaie doit faire votre taille.
- Pour vous balader : la pagaie doit faire votre taille 10cm.
- Pour ramer en course : la pagaie doit faire votre taille +10 à 20cm.
- Pour foiler : la pagaie doit faire votre taille ou moins.

Les repères :

Nous vous recommandons de choisir les tailles de vos pagaies suivant la charte de correspondance en pied de page.

Voici quelques conseils complémentaires :
- Généralement, un petit gabarit sera plus à l’aise dans la partie haute de la fourchette de la charte. L’inverse pour un grand.
- Une pagaie plus courte apporte plus de maniabilité en surf car elle permet de réduire les rayons de courbes en raccourcissant la distance au point d’appuis.
- Dans les vagues creuses, il faut rider des pagaies plus courtes pour réduire les rayons de virages, être plus proche de la paroi dans les tubes et pouvoir la manier plus vite et avec moins d’inertie.
- Une pagaie courte demande plus de fréquence de rame mais épargne les épaules.
- Une pagaie plus courte est aussi recommandée pour des planches plus courtes et moins épaisses que les planches de débutants. Il est donc normal de ramer avec une pagaie de longueur inférieure à sa taille lorsqu’on surfe sur des planches très courtes et dans des vagues creuses.
- La longueur de la pagaie est aussi liée au rapport taille du rider / largeur de la planche. Un petit a donc besoin d’une pagaie proportionnellement plus grande quand il utilise un SUP standard. Inverse pour un très grand qui diminuera la longueur de pagaie relative. En effet, plus on est grand et plus on peut ramer au dessus du rail. Le shaft est moins en X par rapport à la verticale et on a donc naturellement moins besoin de longueur. Un petit (ou quelqu’un qui utilise une planche très large) aura besoin de plus de longueur pour "faire le tour" de la planche car le shaft sera forcément en X. C’est par exemple ce que l’on constate quand on ride des planches très très courtes et larges. Comme elles sont courtes on a tendance à prendre une pagaie plus petite mais c’est sans compter avec la largeur qui impose de rester assez long.
- Une pagaie courte est idéale pour les conditions ventées, surtout le on shore.
- Une pagaie courte offre des parcours de voilure plus courts. Il faut donc ramer plus violemment. C’est très efficace sur de courtes distances mais dur pour le dos à la longue.
- Une pagaie longue évite les coups dans les rails de la planche quand on débute.
- Une pagaie longue fait moins mal au dos aux débutants car ils sont obligés de ramer avec une attitude bien droite. En revanche, s’ils vont chercher trop loin derrière en fin de mouvement, ils auront plus mal au dos... Rappelons qu’on rame du nose à ses talons, rarement derrière.
- Une pagaie longue apporte des appuis forts et de la puissance au démarrage.
- Une pagaie longue apporte de la stabilité car elle favorise des appuis longs et parce qu’elle est plus lourde.
- Une pagaie longue force plus sur l’avant de l’épaule, les pectoraux, les portions hautes des trapèzes et donc la nuque. Veillez à ramer proprement et bien vous étirer et vous hydrater pour éviter les soucis. Pensez aussi à baisser les épaules quand vous ramez car avec une pagaie longue on a tendance à hausser les épaules et reporter les efforts sur la nuque.
- Plus une pagaie est longue plus elle renforce le "row effect", donc plus il est difficile de ramer droit sans changer de main.
- Il faut impérativement avoir plusieurs pagaies dans son quiver : pour palier à une casse et pour s’adapter aux conditions et économiser ses épaules.

- La matière de la pagaie n’a pas ou peu d’influence sur la taille préconisée.

Eléments de réflexion :

Voici quelques points de réflexion qui peuvent vous apporter des éléments. Texte issu des propos de Patrice Guénolé sur le forum GONG SUP.
"A mon sens, l’avenir ne va pas que dans un sens. Bien au contraire, l’avenir est très multiple au sujet des pagaies.
Il faut en premier lieu qu’elle s’adapte au programme :
- une pagaie de surf doit avoir une pale énorme et un shaft court et raide à la mort
- une pagaie polyvalente aura moins de surface et un shape plus élancé
- une pagaie de progression aura beaucoup de volume au regard de sa surface et un shaft très doux.
- une pagaie de LD sera hyper nerveuse avec une répartition du dynamisme dans le shaft très étudiée et un volume de voilure minimum au regard de sa surface qui elle sera généralement importante et liée au gabarit et surtout à la puissance physique du rider.

Aujourd’hui on me demande deux pagaies :
- les gars qui SUPent depuis deux ans et plus en surf veulent des voilures de grande surface
- les autres veulent le plus souvent une voilure très petite.
C’est un pur constat.
Dans ma découverte du SUP, j’ai eu les mêmes envies. En effet, la rame se construit, c’est quelque chose qui s’apprend et autour duquel notre corps s’adapte. Ca ne se fait donc pas en un jour.

Au début, on a besoin de surface pour trouver de l’équilibre par l’appuis. Ensuite on veut de la cadence pour aller plus vite sans forcer plus. Et après on veut de la puissance pure pour une réactivité maximale. (Tout ceci pour une pratique surf).

Cela correspond souvent à une évolution de la technique de rame en lien direct avec celle de surf, une modification des objectifs, et une évolution des performances physiques.

A ce sujet, on constate qu’en phase 1, celle de la découverte, les jambes et le haut du dos bossent fort. En phase deux, progression, on vérrouille tous les rotateurs. Le corps se fige contre la torsion (plus d’obliques, de fixateurs jambes/hanches/dos). En phase 3, le corps apprend a se délier à bon escient. On contracte juste ce qu’il faut quand il faut et le reste du corps est détendu pour aller chercher de l’extension. Ces phénomènes sont primordiaux dans l’analyse de la rame et donc le choix de la pagaie.

Physiquement, la phase 1 est celle des courbatures, du mal de nuque, des épaules douloureuses.
La phase 2 est celle de la barre dans le dos, des trucs bizarres dans le ventre et du mal de genoux.
La phase 3 suit une tension extreme du dos et des muscles postérieurs : les fesses en béton, les ischios, les mollets, la chaine des paravertébraux ultra tendus, etc... Tout ce qui retient le corps dans sa chute en avant à l’immersion de la pagaie est ultra sollicité en fin de phase 2. Il est temps de retrouver de l’appui pour aller chercher une extension complete et un équilibre dans les tensions entre les deux trajets de voilure : immergé et aérien. En effet, si on sait que l’appui à l’immersion va être franc, on pourra jeter le corps en avant avec moins de retenue. Du coup on pourra aller chercher plus loin devant et tirer plus loin derrière.

Du point de vue de la technique de rame :
- la phase 1 est celle des essais/erreurs. Tout est bon pour s’en sortir.
- la phase 2 est celle du trajet court. On va chercher moins loin et on sort plus tôt (aux pieds en général). On augmente la cadence de rame. On fait beaucoup de choses dans un espace/temps réduit. L’équilibre est meilleur et on gagne en vivacité.
- la phase 3 est celle où on gomme les repères pour chercher plus de performances. On augmente fortement les trajets, on ralentit les passages immergés, on focalise sur l’accélération. C’est une phase où on se crée des réserves de vitesse et de puissance. Les phases 1 et 2 sont acquises, donc à tout moment on revient sur ces savoirs anciens pour s’adapter. En cas de fatigue par exemple, on va revenir sur une technique de phase 2, voir 1.

Rien n’est figé. Il faut suivre cette évolution globale du corps, de la technique et du quiver.

La phase 4 :
C’est celle qui nous rapproche de l’eau vive.
Sur un SUP de 5’, hors de question de ramer comme sur une 8’. Il y a un monde entre les deux, tout comme en surf classique.
Physiquement, l’effort est énorme. Les appuis sont à la fois fermes et dosés. Les vérrouillages rotatifs sont extremes. La phase de rame est d’une complexité folle et donc génératrice de fortes tensions qui doivent instantanément s’effacer dès le take off.
La technique de la phase 4 est d’une précision extreme et utilise TOUTES les techniques en même temps. On rame en ligne, en S, en C, à 45°, très immergé, très court ou très long selon... C’est très complexe mais ça marche.
Peu de gens sont arrivés à cette phase.

Pour conclure, je voudrais dire que mon rôle de précurseur est de baliser le chemin de ceux qui entrent dans ce sport puis de les accompagner au mieux, simplement en leur disant ce que nous avons rencontré dans notre découverte de ce sport magnifique. Chacun fait selon ses feelings et se construit son surf.

Il n’y a aucune règle, juste de l’adaptation à une évolution du sport et de chacun.

PS : les longueurs de pagaies :
Certains essayent en vain de démontrer des règles de calcul imparables. Je voudrais dire que c’est viable à condition de l’adapter aux 4 phases citées ci dessus.
En effet, on constate que dans la phase 1 les gens rament mieux long et lourd.
Dans la phase 2, ils rament un peu plus court et beaucoup plus light.
Dans la phase 3, ils rament très court et moins light.
Dans la phase 4, ils rament un peu plus long que dans les extremes de la phase 3, plus light et moins raide.

En conclusion de la conclusion, mon sentiment est que seul un quiver permet une progression rapide et optimale. C’est mon job de dire cela mais c’est avant tout mon constat de SUPeur." L’Ours

FAQ :

"J’ai pu voir sur tes supers photos que tu utilises une pagaie qui fait seulement 4 cm de plus que ta taille voire carèment ta taille si je ne me trompes pas avec la 7’7 nanogène ! Peux tu expliquer quels sont les avantages et inconvénients d’une si petite différence même avec un sup court ?"

La réponse de l’Ours :
"Plus ta pagaie est courte, plus tes courbes sont serrées. Donc en fonction de ce que tu veux faire, tu adaptes la taille de ta pagaie.
Par exemple, si une planche peut tourner très court et que tu rides avec une pagaie "longue" tu vas être géné. Tu auras l’impression de rentrer dans la pagaie dans les bottoms, de devoir trop la lever pour les rollers etc... En plus, tu vas être obligé de mettre voilure très en arrière de toi pour compenser et tu auras du coup des appuis très en arrière d’où des cabrages intempestifs et un manque de vitesse et d’accélération ! pas glop et pas facile à comprendre seul sur un spot.
Autre exemple, si tu as une pagaie trop courte sur un planche longue, tu auras sans cesse l’impression de tomber dans le bottom, tu appuieras trop sur la voilure, tu vas rater tes rollers en ne prenant pas assez d’eau. En plus la planche ne suivra pas le rythme que demande la pagaie.

Autre élément important, la gestion de la trim line. Généralement, avec une grande planche on est assez bas dans la vague, donc plus loin d’elle, donc on a besoin d’une pagaie plus longue pour la caler dans la face. Avec une planche plus courte c’est l’inverse, on est plus haut dans la vague ou plus serré dans les courbes donc on a besoin d’une pagaie courte pour ne pas être débordé par la pagaie et surtout ne pas se mettre en descente dès qu’on se pose sur la voilure.

Les conditions du jour peuvent aussi vous imposer une pagaie de taille spécifique. Une vague dans laquelle il faut sans cesse relancer sera mieux ridée avec une pagaie courte car on va chercher à rester haut dans la vague. Une vague tubulaire demande une pagaie très courte pour pouvoir se caler dedans avec tout ce bazar en gardant une trajectoire libre et haute.
Dans des vagues longues et molles, une pagaie plus longue fera la différence en amplifiant vos courbes et en vous permettant des appuis forts et souples.

Il faut vraiment penser les pagaies comme les planches !

Une pagaie courte est un shortboard. Une pagaie longue est un longboard. Si vous avez compris ça, vous êtes au top. Vous saurez parfaitement laquelle choisir chaque jour.
Et si vous pensez tout faire avec une seule, notez bien que vous vous fermez beaucoup de possibilités.

Pour information, je ride de 202 à 175 cm et je fais 1.86. A l’époque j’ai même ridé des pagaies de 2.50 et plus, voir des doubles de 4m !!!. En moyenne je suis en 190 avec gros volume de voilure.
En effet, le shape de la pagaie change vos besoins en longueur. En Select, voilure sans volume, je suis 15cm plus long dans les même conditions qu’avec une GONG Floater. Notez bien cela et cherchez des conseils d’experts pour ne pas vous tromper.

Chartes de tailles :

Pour une planche de 12’, vagues molles, ride hyper tranquille et fluide voir old school :

- Pagaie de 160 cm pour un SUPer de 1.40 m à 1.46 m.
- Pagaie de 165 cm pour un SUPer de 1.45 m à 1.53 m.
- Pagaie de 170 cm pour un SUPer de 1.51 m à 1.59 m.
- Pagaie de 175 cm pour un SUPer de 1.56 m à 1.64 m.
- Pagaie de 180 cm pour un SUPer de 1.61 m à 1.68 m.
- Pagaie de 185 cm pour un SUPer de 1.65 m à 1.73 m.
- Pagaie de 190 cm pour un SUPer de 1.70 m à 1.78 m.
- Pagaie de 195 cm pour un SUPer de 1.74 m à 1.82 m.
- Pagaie de 200 cm pour un SUPer de 1.79 m à 1.87 m.
- Pagaie de 205 cm pour un SUPer de 1.83 m à 1.92 m.
- Pagaie de 210 cm pour un SUPer de 1.92 m et plus.

Pour une planche de 10’ à 12’, vagues classiques, ride polyvalent :

- Pagaie de 155 cm pour un SUPer de 1.40 m à 1.46 m.
- Pagaie de 160 cm pour un SUPer de 1.45 m à 1.53 m.
- Pagaie de 165 cm pour un SUPer de 1.51 m à 1.59 m.
- Pagaie de 170 cm pour un SUPer de 1.56 m à 1.64 m.
- Pagaie de 175 cm pour un SUPer de 1.61 m à 1.68 m.
- Pagaie de 180 cm pour un SUPer de 1.65 m à 1.73 m.
- Pagaie de 185 cm pour un SUPer de 1.70 m à 1.78 m.
- Pagaie de 190 cm pour un SUPer de 1.74 m à 1.82 m.
- Pagaie de 195 cm pour un SUPer de 1.79 m à 1.87 m.
- Pagaie de 200 cm pour un SUPer de 1.83 m à 1.92 m.
- Pagaie de 205 cm pour un SUPer de 1.92 m et plus.

Pour une planche de 9’+, vagues creuses, ride performance :

- Pagaie de 150 cm pour un SUPer de 1.40 m à 1.46 m.
- Pagaie de 155 cm pour un SUPer de 1.45 m à 1.53 m.
- Pagaie de 160 cm pour un SUPer de 1.51 m à 1.59 m.
- Pagaie de 165 cm pour un SUPer de 1.56 m à 1.64 m.
- Pagaie de 170 cm pour un SUPer de 1.61 m à 1.68 m.
- Pagaie de 175 cm pour un SUPer de 1.65 m à 1.73 m.
- Pagaie de 180 cm pour un SUPer de 1.70 m à 1.78 m.
- Pagaie de 185 cm pour un SUPer de 1.74 m à 1.82 m.
- Pagaie de 190 cm pour un SUPer de 1.79 m à 1.87 m.
- Pagaie de 195 cm pour un SUPer de 1.83 m à 1.92 m.
- Pagaie de 200 cm pour un SUPer de 1.92 m et plus.

Pour une planche de 6’ à 9’, vagues rapides, ride agressif :

- Pagaie de 145 cm pour un SUPer de 1.40 m à 1.46 m.
- Pagaie de 150 cm pour un SUPer de 1.45 m à 1.53 m.
- Pagaie de 155 cm pour un SUPer de 1.51 m à 1.59 m.
- Pagaie de 160 cm pour un SUPer de 1.56 m à 1.64 m.
- Pagaie de 165 cm pour un SUPer de 1.61 m à 1.68 m.
- Pagaie de 170 cm pour un SUPer de 1.65 m à 1.73 m.
- Pagaie de 175 cm pour un SUPer de 1.70 m à 1.78 m.
- Pagaie de 180 cm pour un SUPer de 1.74 m à 1.82 m.
- Pagaie de 185 cm pour un SUPer de 1.79 m à 1.87 m.
- Pagaie de 190 cm pour un SUPer de 1.83 m à 1.92 m.
- Pagaie de 195 cm pour un SUPer de 1.92 m et plus.


Pour la longue distance sur une planche de 14’ épaisse :

- Pagaie de 160 cm pour un SUPer de 1.40 m à 1.46 m.
- Pagaie de 165 cm pour un SUPer de 1.45 m à 1.53 m.
- Pagaie de 170 cm pour un SUPer de 1.51 m à 1.59 m.
- Pagaie de 175 cm pour un SUPer de 1.56 m à 1.64 m.
- Pagaie de 180 cm pour un SUPer de 1.61 m à 1.68 m.
- Pagaie de 185 cm pour un SUPer de 1.65 m à 1.73 m.
- Pagaie de 190 cm pour un SUPer de 1.70 m à 1.78 m.
- Pagaie de 195 cm pour un SUPer de 1.74 m à 1.82 m.
- Pagaie de 200 cm pour un SUPer de 1.79 m à 1.87 m.
- Pagaie de 205 cm pour un SUPer de 1.83 m à 1.92 m.
- Pagaie de 210 cm pour un SUPer de 1.92 m et plus.

Pour la longue distance sur une planche de 12’ fine :

- Pagaie de 155 cm pour un SUPer de 1.40 m à 1.46 m.
- Pagaie de 160 cm pour un SUPer de 1.45 m à 1.53 m.
- Pagaie de 165 cm pour un SUPer de 1.51 m à 1.59 m.
- Pagaie de 170 cm pour un SUPer de 1.56 m à 1.64 m.
- Pagaie de 175 cm pour un SUPer de 1.61 m à 1.68 m.
- Pagaie de 180 cm pour un SUPer de 1.65 m à 1.73 m.
- Pagaie de 185 cm pour un SUPer de 1.70 m à 1.78 m.
- Pagaie de 190 cm pour un SUPer de 1.74 m à 1.82 m.
- Pagaie de 195 cm pour un SUPer de 1.79 m à 1.87 m.
- Pagaie de 200 cm pour un SUPer de 1.83 m à 1.92 m.
- Pagaie de 205 cm pour un SUPer de 1.92 m et plus.

Des questions ?

Pour aller poser toutes vos questions sur ce pédago et lire tous les retours d’utilisateurs, cliquez sur le lien ci dessous :
www.gongsup.com/forum/howtopaddlesize


In brief :

- For Surfing : The Paddle should be at your height.
- For Cruising : The Paddle should be your height +10cm.
- For Racing : The Paddle should be your height + 10 to 20 cm.
- For Foiling : The Paddle should be at least your height or less.

The Criterion :

We recommend that you choose the size of your Paddle by following the correspondence guide we provide at the bottom of the page.

Here is some complimentary advice :
- In general, a smaller sized rider will feel more comfortable at the higher end of the chart, and a larger rider will be the opposite.
- A shorter Paddle brings more agility in surf because it will allow you to tighten up the turns by reducing points of support.
- In hollow waves, one must use a shorter Paddle to reduce turning radius, to get closer to the wave face in a tube and be able to react faster with less inertia.
- A shorter Paddle will have you paddling more but will be easier on your shoulders.
- A shorter Paddle is also recommended for those shorter/thinner Boards than beginner Boards. Hence it is normal to use a shorter Paddle than the riders’ height when one is surfing shorter Boards and in hollower waves.
- The Paddle height is also associated with rapport to the height of rider and width of Board. So, a paddle that is slightly longer when we use a standard SUP Board. Inverse for a very big one that will decrease the relative Paddle length. In fact, the bigger you are the more you can paddle over the rail. The Shaft will have less X with rapport to the vertical so, naturally, you will have less need for length. A smaller person (or someone using a Board that is very wide) will need more length because they’ll have the need to ‘get around’ the Board because the Shaft will be, clearly, in X. It is, for example, what can be found when we ride very, very small and wide Boards. Since they are shorter we have the tendency to grab a smaller Paddle but we don’t take into account that Board width imposes more Paddle length.
- A short Paddle is ideal for high wind conditions, especially onshore.
- A shorter Paddle allows for thinner Blade widths. This causes one to row more aggressively. This is very effective in short distance but harder on the back in long distances.
- A longer Paddle helps to avoid Paddle blows on the Board when you’re beginning.
- A Longer Paddle takes lees toll on your back for beginners because they’re forced to paddle in a more upright position. On the other hand, if they’re pulling their Blade out of the water to late in the movement…. They will have more back pain. Remember, the paddle from the nose only to our heels, very rarely farther back.
- A longer Paddle offers stronger support and power when winding up.
- A longer Paddle offers stability because it favors a longer fulcrum and because it’s slightly heavier in hand.
- A longer Paddle puts a little more force on the front part of the shoulder, the pectorals, the upper part of the trapeze, meaning the neck. Be sure to paddle cleanly, to stretch and to hydrate to avoid any problems. Also, think of keeping your shoulders low, because the longer you paddle there is a tendency to shrug your shoulders which forces the muscles in the back of the neck to work harder.
- The longer the Paddle the more it increases the ‘Row Effect’, so it makes it slightly harder to keep it straight without changing hands.
- It is imperative to have more than one Paddle in your Quiver : as a back-up option, for adapting to conditions and to keep the muscle of your shoulders well balanced.
- The materials have little or no consequence on the recommended Paddle size.

Elements to Reflect Upon :

Here are a few points to reflect on that offer a higher understanding. Cited text from Patrice Guénolé on the GONG Forum.
“In my opinion the future does not lie in one direction. On the contrary, the future is wide open on the subject of Paddles.
First and foremost it must adapt to the usage :
- A Surf Paddle is most effective with a slightly wider Blade (more surface) and a Shaft that is more rigid.
- A Paddle that is made for versatility will have less surface and a shape that is thinner.
- A ‘progression’ Paddle will have a lot of volume with concern to the surface and a supple shaft.
- A Paddle for LD (Long Distance) will be very ‘nervous’ with a repartitioning of its dynamics through the shaft that have been studied with minimum Blade volume with regard to its surface that, in general, will be consequential and aligned with the Riders’ size and physical capacities.

Today I get requests for two types of Paddles :
- The people who’ve been SUPing for over two years and mostly Surf want Blades with greater surface area.
- Everybody, most of the time, want a smaller Blade.
A simple affirmation.
With my own discovery of SUP I had the same needs. In fact, the Paddle is built, but it is something that is a learned behavior and which our body adapts to. And this doesn’t happen in a day.

In the beginning, we need surface in order to find our balance by the support it gives. After that we need a good tempo but without having to push it to hard ; And after that we want pure power and maximum reactivity. (All this just for practicing Surf).

This often corresponds to an evolution in the Paddle technique in direct relation to the progress made in Surf, the modification of objectives, and an evolution in your physical performance.

On this subject, we can confirm in phase 1, that of discovering, your legs and the upper part of the back are subject to greater efforts. In phase 2, progression, we begin to lock up all the rotators. The body fights against the twist in order to keep the axe straight (more oblique’s, upper legs, hips and back). In phase 3 we start to loosen up. We contract when we need and just as much as we need and the rest of your body is relaxed letting you elongate.
These phenomena are primordial in the analysis of paddling & the paddle choice.

Physically, in phase 1, you’ll have muscle aches, your neck will hurt, shoulder pain.
Phase 2 will have you feeling more your back, strange things in your stomach and knee pain.
Phase 3 follows with an extreme tension on the back and posterior muscles : Rock solid glutes, lower abdomen, calves, the entire chain of the muscles that connect/reinforce the vertebrae that are super tight….etc. All the muscles that are solicited for forward inclination and for the down stroke and paddle entry at the end of phase 2. After comes the time when you need to start finding the support needed to get a full extension and balance between the two trajectories of the Blade : submerged and out of water. In fact, if we know that the support at the time of immersion is direct, we can project our body forward without holding back. So, we can search further out with the paddle and pull further behind.

From the point of view of Paddle Technique :
- Phase 1 is that of trial and error. It all works as long as you can make it back to shore.
- Phase 2 is short trajectories. Shorter paddle strokes, pulling out at the feet in general. We augment the rowing cadence. We can get more done in the with concerns to space/time. Balance is better and we earn in reaction time.
- Phase 3 is where we step out of our comfort zone and start looking for performance. We augment the trajectory, less time with the paddle submerged, more focus on acceleration. This is the phase where we create speed and power reserves. Phase 1 & 2 are already learned, so at any given time we can go back to them and rely on and adapt with. In case of fatigue for example, we can always come back to Phase 2, or even phase 1.

Nothing is definitive. You must just follow the evolution of the body, the technique and the quiver.

Phase 4 :
This is the one that gets us closer to rougher waters.
On a 5’ SUP, out of the question to paddle like you would on an 8’. There is a world of difference between the two, just like there is with traditional surfing.
The physical effort is enormous. The pressure points are at the same time firm and precisely dosed. Extreme rotary blockage. The paddling phase is intensely complex and a generator of intense tension and that need to fade right at the take-off.
The technique of phase 4 is one of extreme precision and which uses ALL the techniques at once. We paddle straight, in an S in C, at 45°, fully submerged, super short or super long….. it gets complex but it works.
Very few people get to this level.

To conclude, I would like to say that my role as a pioneer is also to show the path to enter the sport and also to accompany them to the best of my ability, and this is done simply by telling them what we encountered in our own discovery of this magnificent sport.
Everyone will do as they feel in accordance with their own feelings and evolution in surf.

There is no rule, just the ability to adapt to the sport is it evolves and your own evolution within it.

PS : Paddle lengths :
Some try in vain to calculate paddle length to the most minute detail. I would say that it is viable provided it is adapted to the 4 phases mentioned above.
In effect, we perceive, that in phase 1, people tend to paddle long and hard.
In phase 2, a little bit shorter and lighter strokes.
In phase 3, very short and light strokes.
In phase 4, a little longer stroke than in extremes side of phase 3, lighter and not as stiff.

In conclusion to the conclusion, is that only a paddle quiver will give you fast and optimal progression. It is my job to inform you of this but also my verdict and recommendations as a SUPer.

FAQ :

‘’ I can see in those great photos that you’re using a Paddle that is only 4 cm bigger than your own height, and if I’m correct, the Board you’re on is the 7’7 Nanogene ! Can you explain what the inconveniences and advantages are of this small difference even with a short SUP ?’’

L’Ours replies :
‘’ The shorter the Paddle, the tighter the turns. So, in function with what you want to do you adapt your Paddle size. For example, if the Board you’re riding has the capacity for short turns and you’re using a ‘long’ paddle you’ll end up being annoyed. You will have the impression that the Paddle is pushing back on you in the bottom turns and that you need to lift it too high in the rollers etc….. What’s more, you will be obligated to have the Blade real far behind you to compensate and your support and weight will be behind the turn axis and you’ll find yourself losing speed and acceleration !! Not fun and not easy to understand when you’re on the spot.
Another example, if your Paddle is too short for a long Board, you constantly have the feeling of falling on the bottoms, you’ll be pushing too hard on the blade, you’ll miss your roller because you’re not getting enough water. What’s more is the Board can’t follow the rhythm that the Paddle demands.

Another important element, managing the trim line. In general, with a big Board we’re sitting lower on the wave, so farther away from her, so you’ll need a longer blade so you’re better stuck in the wave. With a shorter Board, it’s the opposite, we can get higher up the wave face and/or tighter in the turns so we need a shorter paddle so we’re not overwhelmed by it and especially so it doesn’t sink more once you put some weight on the blade.

The daily conditions can also impose the use of a specific sized Paddle. A wave that you’re constantly trying to relaunch in will need a shorter paddle so we can always stay on the high line of the wave. A tubular wave will also need a shorter paddle so you can get in the pocket but still have a free, and higher trajectory.
In long and soft waves, a longer paddle will make all the difference by amplifying the turns and allow for harder and/or softer support.

We really need to look at Paddles the way we do Boards !

A short paddle is a short Board ; a long paddle is a long Board. Once you’ve understood that you good to go. You’ll know what to choose each day you go out. If you think you’re going to kill two birds with one stone, just know that you’re actually closing yourself off to more possibilities.

For Info, I ride anywhere from 202 to175 cm and I’m 1,86cm. Back in the day I was even riding paddles at 2,50cm and higher, even up to 4 m !!! Usually I’m around 190cm with lots of blade surface.
In fact, the shape of the paddle will change your needs with concern to length. The best thing to do is search out good solid advice from experts and not start out with a mistake.



Source : Team GONG SUP.